Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

RAPPORT MORAL de l'année 2014

Attention, ouverture dans une nouvelle fenêtre. Imprimer

Mars 2015

Les actions de l’ASSOCIATION des AMIS de l’INPE (AAINPE) ont été comme chaque année régulières, multiples et variées.

ACTIVITES au LOCAL DE L’ASSOCIATION

Accueil des personnes A L’INPE où l’association dispose d’un local, des permanences ont été comme d’habitude assurées deux jours par semaine, afin de recevoir toutes les personnes qui viennent chercher de l’aide auprès de l’association. Ces personnes sont :

- Les mères célibataires  qui, ayant laissé leur enfant à l’institut, lui rendent visite chaque semaine pour maintenir un lien affectif, et viennent chercher des informations et un soutien moral auprès des membres du bureau.

- Les mères célibataires qui, ayant décidé de reprendre leur(s) enfant(s), viennent chercher, le jour de la sortie, le trousseau que l’association leur a préparé. Elles retournent ensuite tous les mois à l’association pour prendre le nécessaire (couches, lait, vêtements, etc.).

- Les familles de placement familial qui viennent chercher chaque début de mois l’aide financière que l’AAINPE leur accorde (sur demande de l’INPE) pour les frais scolaires des enfants dont ils ont la charge (crèche ou garderie, cours de soutien, formation professionnelle, cours de sport).

- Les personnes qui demandent des renseignements sur l’association et comment y adhérer, et les bénévoles pour coordonner leur action avec les responsables de l’association.

- Le personnel de l’administration qui a sans cesse besoin de l’AAINPE pour pallier aux carences de l’institut, que ce soit en produits de toilette, vêtements, jouets, médicaments, ou en consultations médicales, examens médicaux ou opérations chirurgicales dans le privé. (C’est ainsi qu’à la veille de l’aïd seghir, il a fallu trouver en urgence des vêtements neufs pour les enfants, l’INPE n’étant pas en mesure de les fournir). Il faut également organiser avec l’administration les loisirs des enfants (anniversaires, fêtes, sorties à l’extérieur, etc.).

- Les familles désireuses d’adopter un enfant qui demandent un complément d’information.

- Les personnes qui viennent apporter des dons à l’AAINPE, etc.

Tri, rangement et distribution des dons en nature

Les dons reçus par l’AAINPE sont très importants, qu’ils viennent de particuliers ou de sociétés. Les dons des particuliers consistent la plupart du temps en vêtements et objets pour enfants qu’il faut trier suivant le sexe des enfants, la taille et la saison, de manière à pouvoir les redistribuer le plus rapidement possible suivant les besoins des uns et des autres. Les dons des sociétés consistent en produits alimentaires industriels (lait en poudre, biscuits, céréales, etc.) qu’il faut dispatcher rapidement pendant qu’ils sont encore consommables.  Tous ces dons ont été très importants en 2014 (ils sont d’autant plus importants qu’est sérieuse la réputation de l’association), et leur redistribution représente un énorme travail qui doit être fait chaque semaine pour éviter la saturation du local. Les membres du bureau sont aidés en cette tâche par des bénévoles assidus et motivés qui ne ménagent pas leur peine pour alléger le travail des responsables. Les dons reçus en grande quantité ont été acheminés vers les régions les plus pauvres du pays par le biais d’associations amies.

Adhésion des nouveaux membres

L’année 2014 a vu enfin le retour substantiel du nombre des adhésions. Après des années de désaffection pour cause de révolution, les bénévoles sont de retour parmi nous, encouragés et entraînés par des volontaires étrangères - la plupart françaises -, qui, par leur motivation et leur amour des enfants, font des émules parmi les tunisiennes.

Les adhésions se font au local de l’association les mardi et jeudi lors des permanences. La personne responsable des adhésions explique au candidat(e) à l’adhésion tout ce qu’il faut savoir lorsque l’on veut être bénévole et lui fait lire le code de déontologie. Pour adhérer à l’AAINPE, il faut s’engager à le respecter, et s’acquitter de la somme de 30d pour la cotisation annuelle. Un nouveau code (ou charte du bénévolat)  est en cours d’élaboration. Dorénavant, il sera obligatoire pour les nouveaux adhérents d’effectuer plusieurs visites encadrées par des anciens avant de recevoir le badge qui permet l’entrée à l’institut.

Organisation et planning des activités de l’association

Toutes les activités de l’association doivent être planifiées et organisées en accord avec l’administration. Grâce à la présence quasi-permanente de notre vice-présidente, Mme Fatna Bel Hadj, et à son dévouement sans faille, ce travail a été fait semaine après semaine, très souvent en dehors des heures de permanence, et non sans difficulté en raison des nombreux problèmes administratifs (manque de cohésion ou absence des responsables, bureaucratie lourde, retards systématiques pour l’obtention des autorisations, chauffeur du bus de l’INPE - affecté exclusivement au transport des enfants - non disponible, bus en panne, personnel de l’administration en séminaire sans qu’il y ait un seul responsable à son poste, congés de maladie de longue durée, etc.). Dans ce contexte peu favorable, Mme Bel Hadj a réussi à coordonner les sorties, les activités périscolaires, les anniversaires, les rendez-vous médicaux en ville, l’accompagnement des enfants malades à l’hôpital, et bien d’autres choses encore.

ACTIVITES de l’ASSOCIATION

Visites aux enfants et participation des bénévoles

Les bénévoles munis du badge fourni par l’association ont effectué des visites aux enfants tout au long de l’année, selon leurs disponibilités personnelles et en respectant les horaires fixés par l’administration, soit le matin de 9h à midi, et de 15h à 18h l’après-midi.

Certains bénévoles sont très engagés et, en plus des visites régulières aux enfants, donnent de leur temps pour accompagner les enfants lors des excursions, aider au tri des vêtements et autres dons, fournir des équipements et participer aux anniversaires et fêtes diverses. Certains même soutiennent l’association financièrement comme Raoudha qui en prend à sa charge le salaire d’un orthophoniste pour 2 séances par semaine dans le service Rihane, et le salaire d’un chauffeur pour le ramassage scolaire. Une autre bénévole, Olivia, est venue en aide à un jeune en danger d’islamisation, rejeté par sa famille d’accueil. Elle lui a trouvé du travail dans un café du lac géré par son mari, et depuis, ce jeune a repris ses études en internat et fait le gardien au café pendant le week-end. Quant à nos amies religieuses, elles travaillent assidument pour les enfants, soit dans les pouponnières des hôpitaux (comme Chiara et Julia) soit à la crèche du centre El Amel pour les mères célibataires de la Soukra, et elles aident pour les anniversaires et en toutes circonstances. Toutes ces bénévoles motivées et dynamiques sont un soutien précieux pour l’association.                                                                                          

Anniversaires des enfants

Chaque dernier samedi de chaque mois ont été fêtés les anniversaires des enfants nés dans le mois. C’est l’occasion d’organiser une belle après-midi récréative pour tous les grands (3 ans et plus). Cette année, le travail de l’association a été facilité grâce à la participation active et efficace de nombreux bénévoles issus d’associations de jeunes comme les LEO ou le LIONS CLUB ELYSSA ou d’autres organisations caritatives.                                                         

Animations, excursions, spectacles et séances de sport

Des animations ont été organisées pour distraire les enfants lors des congés scolaires ou les jours fériés : une bénévole, Olivia, a fait venir un magicien de Hammamet, une autre a fait venir un clown le lendemain de l’aïd. Un donateur a offert deux moutons à l’occasion de l’aïd el kebir, pour la plus grande joie des enfants. Des sorties ont été offertes aux enfants, notamment une très belle soirée au Festival de Carthage (Peter Pan avec patinage sur glace), une sortie au cirque italien et une sortie au nouveau parc de loisirs Carthage Land au lac. Un professeur d’éducation physique ayant une salle de sport à Denden, a été amené par le Dr. Saadaoui en accord avec la psychologue Insaf, pour des vacations de taekwondo de 17 à 19h deux fois par semaine. Les tenues ont été fournies par l’association.

Prestations de l’association pour l’INPE

L’association a pris en charge financièrement, à la demande de l’administration, un grand nombre de dépenses, par exemple :                                                                                                                                                       - les allocations mensuelles à une trentaine de familles de placement  (1680d/mois).

- les salaires pour deux accompagnatrices et une pharmacienne (450d)

- les frais de scolarité de plusieurs enfants handicapés dans des écoles spécialisées (1000d /mois pour 4 enfants au « Petit Pirate »).

- le salaire du chauffeur recruté pour conduire quotidiennement les 5 enfants à Khaznadar et 3 autres à l’AGIM et retour a été payé  par une généreuse bénévole (400d/mois).

- le salaire d’une institutrice qui vient 2 fois par semaine de Denden pour assurer le soutien scolaire des enfants de deux services (Canaris et Rihane) a été payé par SANTE SUD.

- les frais de consultations médicales, analyses et examens divers (radios, scanners et IRM) pour des enfants en urgence de santé ou en attente d’adoption. (Seuls les enfants bien portants partent en adoption, lorsqu’il y a un doute sur la santé de l’enfant en attente d’adoption, il faut donc effectuer des examens pour tranquilliser les futurs parents et accélérer la procédure). Les scanners et IRM, grâce à Dalila Maaref qui travaille à la Clinique des Berges du Lac, sont faits à un tarif réduit pour l’association.

- les frais d’entrée dans les parcs de loisir, pour les spectacles et autres excursions.

- l’achat de couches spéciales -adulte- pour des adolescents handicapés en placement.

- l’achat de médicaments coûteux  pour les familles de placement.

- Les frais d’optique sont pris en charge par les opticiens Khaled N’ciri et Rafik Abbes qui fournissent gratuitement les lunettes (montures et verres).

Dons à l’association

L’ONG SANTE SUD a aidé substantiellement l’AAINPE cette année. Elle a payé les vacations d’une institutrice deux fois par semaine et a participé à l’aménagement de certains services. Elle a par ailleurs acheté de grands fauteuils confortables pour donner le biberon (et qui servent aussi aux nourrices pour faire la sieste!). Elle a financé l’installation de deux portiques métalliques entre les services Fell et Nesrine, et entre les services Roses et Yesmine.

Deux associations tunisiennes basées en France et très actives, ont été très généreuses. L’association UN GESTE POUR TOUS, de Nice, présidée par M. Brahim Djebali, a offert une grande quantité de couches pour handicapés ainsi que du lait en poudre et des biberons. L’association SELMA a financé et organisé, à l’occasion de Noël, une fête pour les enfants et a distribué cadeaux et chocolats. En outre, elle a fait don à l’association de bicyclettes, poussettes, pèse-bébés, bavoirs et couvertures.

Vacances d’été

Grâce à la générosité de deux fidèles membres de l’association, les enfants des unités de vie ont pu passer de très belles vacances.

Mme  Ferida Belcadhi a mis le rez-de-chaussée de sa maison de Chott Meriem à la disposition de Nessima et ses quatre enfants (Khalil, Waël, Rim et Nadia), comme elle l’avait fait déjà l’été dernier. Ils y ont passé les mois de juillet-août, profitant au maximum de la mer (la maison est au borddel’eau).

Mme Mireille Selmi a accueilli dans sa maison d’El Haouaria pendant une semaine Leila et les 4 enfants de la deuxième unité de vie en préparation du Bardo, afin qu’elle se familiarise avec ses futurs enfants. Et pendant une autre semaine, Mireille a accueilli les enfants que l’association suit assidument : les jumeaux de Bakhta, mère célibataire exemplaire, et Rahma, fille de Zina qui travaille à l’INPE. Pendant ces vacances, une amie enseignante de l’association, Marie Anne, leur a fait faire des devoirs de vacances.

Psychomotriciennes de l’été

Comme chaque été depuis plusieurs années, des étudiantes de l’école supérieure de santé de l’Hôpital de la Salpêtrière sont venues effectuer leur stage de première année à l’INPE.  Elles étaient au nombre de trois cette année, mais elles ont passé six semaines d’affilée entre juillet et août. C’est l’occasion pour elles d’appliquer les techniques apprises au courant de l’année, et de se familiariser avec de jeunes enfants handicapés. C’est un grand bonheur pour ces enfants qui font l’objet de toute leur attention et tirent grand profit de leur présence.

NOUVELLES REALISATIONS

Centre aéré  « Les mouettes » de Salammbô

Au mois de mai, une rencontre a eu lieu entre M. Tony De Haro, président de l’association « Casa de España », et les membres du bureau, ce qui a débouché sur la création d’un centre aéré d’été dans la maison de l’association située à Salammbô en bord de mer. Pour financer le projet, il a été convenu d’organiser une soirée dansante (soirée africaine) le 20 juin, ce qui a permis le démarrage des activités le 30 juin. M. De Haro mettant sa magnifique maison à la disposition de l’AAINPE, il revenait à l’association d’organiser, en collaboration avec l’INPE, le transport et les repas des enfants, et surtout la prise en charge et l’encadrement. L’association a réussi à trouver de jeunes bénévoles, membres de l’association, étudiants en médecine ou jeunes étrangers en séjour en Tunisie. De nombreux amis de la maison d’Espagne se sont joints au groupe, et cela a fonctionné merveilleusement, malgré les contraintes du mois de ramadan. Le centre a fonctionné du lundi au vendredi jusqu’à l’aïd, et, devant le succès de cette première période, a poursuivi ses activités au mois d’août jusqu’au 25 août. Les enfants arrivaient vers 9h30, se régalaient de baignades et de jeux sur la plage. Puis, ils déjeunaient et repartaient vers 14h, radieux et impatients de revenir le lendemain. Pour permettre à tous les enfants, y compris les handicapés lourds, de profiter de ces vacances exceptionnelles, une rotation en deux groupes d’une vingtaine a été effectuée, et l’on peut dire que cela a été une expérience extraordinaire pour tous les participants, les enfants comme les bénévoles. L’Association autant que M. De Haro souhaitent que le centre aéré fonctionne de nouveau à l’été 2015, pour donner aux enfants un peu du bonheur auquel ils ont droit.

Création de la deuxième unité de vie « DARNA II »

Faisant suite à la création, en janvier 2011, de la première unité de vie de l’AAINPE, une deuxième a été créée sur le même modèle avec le financement de l’association « Un enfant, Un espoir ». Son président, M. Elyes Boussa, était désireux de faire quelque chose pour les enfants, et, devant le succès de la première unité de vie « DARNA I », il a mis toute son énergie dans la création de la deuxième que l’on appelle « DARNA II ».                                           Une unité de vie ou maison familiale permet à plusieurs enfants de l’INPE qui, par manque de chance ou à cause d’un handicap léger, n’ont pas pu être adoptés, de trouver un foyer où la vie familiale est recréée autour d’une maman de substitution. Il faut savoir que, passé l’âge de 6 ans, les enfants de l’INPE ne peuvent plus rester à La Manouba, et l’état tunisien n’a pas de structure adaptée pour les accueillir. Pour éviter à tout prix qu’ils ne soient dirigés vers le centre Es-Sened de Sidi Thabet pour polyhandicapés sans famille, l’association a donc créé une première unité de vie, et la deuxième vient de voir le jour, grâce à M. Boussa qui s’est engagé avec passion dans ce processus. C’est l’AAINPE qui a trouvé la personne idéale pour assurer le rôle essentiel et à long terme de maman, et c’est M. Boussa qui a pris le relais de l’AAINPE pour financer et mettre en place l’unité de vie. Les préparatifs ont été faits au printemps, avec la sélection des enfants, la formation de la maman par les psychologues de l’INPE, et la location et aménagement de la maison, au Bardo.

La maman s’appelle Leila, les enfants Fadi, Moëz, Firas et Mohamed, âgés de 8 à 10 ans. Ils sont installés dans un vaste rez-de-chaussée de maison au Bardo, et deux d’entre eux vont à l’école voisine. Les deux autres sont scolarisés dans un centre spécialisé pour enfants ayant des retards à L’UNESI de l’Ariana où ils sont très bien pris en charge.

Création de la nouvelle salle de jeux et d’ergothérapie

Cette salle, en travaux depuis longtemps, s’apprête à ouvrir ses portes. Elle permettra aux activités éducatives de s’y exercer le matin pour les handicapés, (ergothérapie, rééducation, orthophonie), et aux activités ludiques d’y prendre place l’après-midi, sous la conduite de la psychologue Raodha. La réhabilitation de cette salle a pu être effectuée grâce à un don de la Principauté de Monaco et un autre du Lions Club Elyssa qui ont veillé au bon déroulement des travaux et s’activent encore pour y installer des climatiseurs. L’AAINPE a participé à l’aménagement pour un montant de 5.000d, ainsi que le Club UNESCO de l’école ROBERT DESNOS qui a organisé des collectes pour l’achat des jeux éducatifs.

Assemblée générale

L’assemblée générale de l’AAINPE a eu lieu en mars 2014, en présence des adhérents actifs. Après lecture des rapports moral et financier, les participants ont discuté des difficultés que rencontrent les membres de l’association pour exercer leurs activités au quotidien, des projets en cours et de questions diverses.

Dernière mise à jour: 18/07/2019
Association des Amis de l'INPE, INPE, rue Jabrane Khalil Jabrane, La Manouba